Les médaillés de la Ville 2020

Les médaillés de la Ville 2020

Le 7 janvier, les vœux de la Ville étaient l’occasion de saluer des acteurs locaux en leur remettant la médaille de la Ville.

30 ans d’engagement des conseillers enfants

Les élus du CMEEn 1989, les Nations Unies votaient la Déclaration des Droits de l’Enfant. Un an plus tard, en 1990, les petits Guyancourtois étaient les premiers en France à pouvoir s’engager dans un Conseil  Municipal, qui fête cette année ses 30 ans.

À l’occasion des vœux le Maire a souhaité réunir sur scène quelques-uns des 15 maires enfants et les jeunes conseillers du mandat 2018-2020 sur scène. En trois décennies, les jeunes élus ont mis en place de nombreux projets dont certains ont été primés.

Les jeunes élus ont reçu une médaille de la Ville qui salue leur action et la longévité de cette école de la citoyenneté. Les enfants ont pu aussi se partager une médaille en chocolat géante confectionnée pour l’occasion.

« Nous sommes heureux de recevoir cette médaille et je remercie tous les élus des CME. On est fiers de travailler pour les enfants de la Ville. On apprend plein de choses, on s’amuse, ça permet de devenir un peu plus responsable et de grandir ». – Farah Missaoui, Maire-enfant de l’actuel CME.

« J’avais 14 ans quand j’ai été élue et aujourd’hui j’en ai 43. J’ai été la première maire enfant, puis conseillère pour un deuxième mandat. Je trouve ça super que Guyancourt ait gardé cette idée de faire participer les enfants. Il y a trente ans, on voulait plus de fleurs et une patinoire. Les autres enfants ont monté de beaux projets depuis. Je garde en souvenir mon premier voyage en Écosse grâce au CME. Après je n’ai jamais arrêté : Australie, Canada… je suis devenue préparatrice en pharmacie hospitalière et mes parents vivent toujours à Guyancourt ». – Mahjouba Belhaimer, première Maire-enfant en 1990.

« Ça fait bizarre d’être sur scène et d’être applaudi. Il y a plein de monde et ça fait chaud au coeur. On fait beaucoup de découvertes avec le CME et on a plus de maturité. Je suis en 3e maintenant et j’aimerais devenir sage-femme et créer une école pour ça ». – Margot Micquiaux – Roidor, Maire-enfant de 2016 à 2018.

 

Philippe Brismontier, un artisan du partenariat avec Renault

Philippe BismontierDepuis septembre 2013, Philippe Brismontier gère les établissements Renault d’Ile-de-France dont le Technocentre, le Siège de Renault et les sites de Lardy et de Villiers Saint-Frédéric. Très tôt, il a mis en place de nombreux échanges avec la Ville.

« J’ai fait deux passages au Technocentre dont un entre 1999 et 2002. J’ai notamment participé à la création juridique de  l’établissement en janvier 1999.

Depuis mon retour il y a six ans, j’ai souhaité intensifier les relations avec l’ensemble des acteurs politiques du territoire dont la ville de Guyancourt. Nous avons organisé de nombreuses rencontres avec le Maire. Soit au cours de déjeuners ou d’événements communs comme l’inauguration du nouveau département design ou la récente pose du premier bois du bâtiment Odyssée (au sein du Technocentre). J’ai toujours trouvé beaucoup de disponibilité et d’écoute.

À titre personnel, c’est agréable de recevoir cette médaille. Elle représente tout le travail réalisé ensemble. La Ville et le Technocentre ont grandi ensemble. Je vais me lancer dans un projet personnel avec mon fils et je sais qu’il y aura encore de beaux projets. Je souhaite que cette relation gagnant-gagnant se poursuive ». Philippe Brismontier Directeur des établissements Ile-de-France de Renault

Vincent Bailly, agriculteur bio

Vincent BaillyVincent Bailly a 28 ans et représente la cinquième génération d’agriculteurs de la Ferme de Villaroy (exploitation familiale depuis 1891). Il a repris cette exploitation il y a quatre ans, après un bac général et des études agricoles qui l’ont mené jusqu’en licence.

Après une réflexion menée avec son père, la ferme a obtenu le label agriculture biologique ; afin de saluer ce travail qui a pris trois ans et d’honorer une famille qui exploite la dernière ferme du territoire, le Maire lui a remis la médaille de la Ville.

« Quand le Maire m’a appelé pour me dire qu’il voulait me remettre la médaille de la ville, je me suis dit pourquoi ? Je suis un simple agriculteur, je ne mérite pas de médaille. J’en ai discuté avec ma famille, mon oncle, ma tante, ma grand-mère… Cette médaille récompense le travail mené depuis de nombreuses années et elle met aussi en valeur le hameau de Villaroy.

Je n’ai pas l’habitude d’être sur le devant de la scène. Je suis assez modeste. Je suis venu avec ma tante. Après la cérémonie, des personnes sont venues me voir. Ça m’a permis de discuter de ce que je fais. La conversion au bio est terminée depuis l’été dernier. Cet automne, je récolterai des pois, des féveroles et des trèfles pour les revendre à des éleveurs.

Il y aura aussi du blé. Pour le moment je ne fais pas de production pour de l’alimentation mais je réfléchis à de la vente aux particuliers par la suite. Peut-être des fruits rouges ». Vincent Bailly, agriculteur au hameau de Villaroy

(Re)Découvrez son portrait

Nicole Michel, la solidarité incarnée

Nicole MichelNicole Michel est, depuis huit ans, la présidente de Bouche et Cœur. L’association caritative a fêté ses 20 ans. Depuis plus d’une quinzaine d’années elle s’est investie dans l’association. Son
engagement pour les autres s’illustre aussi sur le plan professionnel en exerçant des missions de déléguée du personnel.

La présidente et les 23 bénévoles de Bouche et Cœur apportent de l’aide alimentaire aux plus démunis dans leurs locaux, prêtés par la Ville, au Pont du Routoir. Régulièrement, le conseil municipal des enfants, le lycée hôtelier et des associations soutiennent leur action. La médaille de la ville vient saluer l’engagement de Nicole Michel, mais aussi toute l’équipe de Bouche et Cœur.

« Je suis à Bouche et Cœur depuis 17 ans. Avant, je travaillais à la banque de France mais ça n’était pas mon truc. Mon parcours de vie a fait qu’à un moment, j’ai eu envie de m’investir dans l’associatif. Quand je suis arrivée, on m’a dit « viens, tu trouveras ta place ». Ça a été le cas. J’ai trouvé une seconde famille avec Bouche et Coeur. Nous sommes très soudés avec les bénévoles. Ils sont fiers de moi. Certains m’ont dit en plaisantant : je vais t’appeler chef.

C’est stressant d’être sur scène, mais ça fait plaisir. Mon fils était présent pour la cérémonie et certains bénéficiaires étaient également là. Ce que nous faisons va au-delà de la banque alimentaire. Il y a de vrais liens qui se créent au fil du temps avec les personnes qui font appel à nous. Cette médaille je la partage avec toute l’équipe ». Nicole Michel, présidente de Bouche et Cœur

(Re)Découvrez le portrait de l'association Bouche et Coeur
Votre navigateur est dépassé !

Mettez à jour votre navigateur pour voir ce site internet correctement. Mettre à jour mon navigateur

×