Coopération décentralisée

comé coopération décentralisée

Qu’est-ce que la coopération décentralisée ?

La coopération décentralisée regroupe l’ensemble des actions de coopération internationale menées par convention dans un but d’intérêt commun par une ou plusieurs collectivités territoriales françaises (régions, départements, communes et groupements de collectivités territoriales) d’une part, et une ou plusieurs autorités territoriales étrangères, d’autre part, dans le cadre de leurs compétences mutuelles.

Ces actions peuvent prendre des formes diverses (jumelages, « jumelages-coopération », programmes ou projets de développement, échanges techniques,…).

Elles peuvent intervenir, dans le respect des engagements internationaux de la France, entre collectivités ou autorités territoriales de toutes zones géographiques et de tous profils économiques ou sociaux. La coopération décentralisée s’insère dans le cadre plus large de l’action extérieure des collectivités territoriales.

Les objectifs

Favoriser les échanges culturels, scolaires et entre jeunes, apporter une contribution matérielle dans les domaines de l’enseignement et de l’éducation et aider au développement institutionnel, urbain, médico-social et économique. Cela repose sur un échange de savoirs et savoir-faire, méthodes et compétences dans tous les domaines.

Les dates clés de la coopération décentralisé avec la ville de Comé au Bénin

Le Jumelage

1997 – Choix de la commune de Comé
1998 à 2003 – Actions menées par la Comité de Jumelage

La Coopération Décentralisée

2003 à 2005 : Signature de la convention cadre de partenariat
2007 – 2008 : Mise en place d’un projet de Coopération Décentralisée
2008 : 1ère convention opérationnelle
2009 : 2e convention opérationnelle
2010 – 2012 : 1er programme triennal
2013 – 2015 : 2e programme triennal
2016 – 2018 : 3e programme triennal

De 2004 à 2009

Les liens du jumelage s’officialisent et des conventions opérationnelles annuelles sont signées. Plusieurs actions sont menées en lien avec le Comité de Jumelage de Guyancourt :

  • installation d’un Centre de lecture public à Comé suite à l’envoi successif de livres
  • don de matériel pour les femmes balayeuses
  • achat d’une pirogue pour les élèves de l’école de Dohi en correspondance avec l’école Charlemagne
  • Achat de mobilier scolaire pour deux écoles et d’équipement pour l’installation d’une infirmerie dans un collège de Comé.

En parallèle débutent également les chantier-jeunes (2003) et des échanges institutionnels réguliers entre les deux villes.

De 2009 à aujourd’hui

Pour asseoir la coopération Comé/Guyancourt et travailler, dans l’échéance des deux mandats électoraux, des projets pluriannuels sont mis en place à partir de 2010. Les deux villes s’engagent sur un projet de développement urbain qui consiste à la réalisation d’un cadastre simplifié, le registre foncier urbain (RFU). Les chantier-jeunes et les échanges institutionnels entre les deux villes sont également le ciment des programmes triennaux.

En avril 2016, Comé et Guyancourt ont signé une troisième convention triennale portant sur la période 2016-2018 dont l’objectif premier est d’appuyer le développement des politiques publiques en faveur de la jeunesse à Comé.

Le registre Foncier Urbain (RFU)

À partir de 2010 et la signature du premier programme triennal entre Comé et Guyancourt, les deux villes se sont engagées dans un projet de développement urbain, la  mise en place d’un Registre Foncier Urbain (RFU) à Comé. Il s’agit d’un cadastre simplifié qui permet de connaître le patrimoine foncier communal, de planifier l’urbanisation et d’accroître les ressources de la commune.

De 2010 à aujourd’hui, Guyancourt a accompagné Comé dans la mise en œuvre de ce projet, porteur pour sa commune jumelle. Un soutien financier, mais aussi un soutien dans le renforcement des capacités des services communaux de Comé par le biais de formations régulières lors des missions de cadres de Guyancourt et de Comé.

Quelques réalisations sur ce projet :

  • Création d’un service de registre foncier Urbain au sein de la Commune de Comé. Composé de trois agents, ce service est aujourd’hui autonome dans la gestion de sa base de données urbaine et sur le volet fiscalité du RFU
  • Acquisition d’une base de données urbaine informatisée et fiable
  • Mise en place d’enquêtes urbaines et foncières régulières sur le terrain.
  • Etablissement d’une cartographie de base de la Commune de Comé avec un système d’adresse et de nom de rue, qui facilite le repérage tant pour les services de l’état et territoriaux que pour les habitants. Projet des semaines à venir : réalisation d’un plan d’adressage qui sera distribué auprès des commerçants, des taxis et des services publics.
  • Augmentation de recettes fiscales de la Commune de Comé de près de 16 %

Guyancourt et Comé unies pour la jeunesse

Les deux villes liées par la coopération décentralisée continuent sur leur lancée, avec un nouvel objectif à l’horizon 2018 : développer des activités pour la jeunesse béninoise.

Elles se sont à nouveau dit « oui ». Guyancourt et Comé ont renouvelé leur confiance en signant une troisième convention de coopération qui les engage jusqu’en 2018. Les deux villes ont décidé de poursuivre les actions déjà engagées dans les précédentes conventions et de donner naissance à un projet dédié à la jeunesse.

Tout un programme culturel et sportif !

L’objectif est de développer les politiques publiques de Comé envers la jeunesse et la municipalité de Comé a créé l’équivalent d’un service Jeunesse ainsi qu’un comité de pilotage composé d’élus et d’associations.

Au cœur des réflexions : les loisirs culturels et sportifs pour les jeunes qui représentent plus de la moitié de la population de la commune. Un programme d’activités, le « Comé Vacances Show » a été lancé sur toute la période estivale. Couronnée de succès, l’initiative sera suivie des assises de la jeunesse, un rendez-vous destiné à sonder les besoins de cette tranche d’âge.

Comé envisage aussi la réhabilitation de son actuelle maison des jeunes pour en faire un lieu qui leur est dédié à 100 %.

Des séjours interculturels

Une délégation béninoise est venue à Guyancourt pour travailler autour de la réorganisation des services de Comé, grâce à des formations pour aider les directeurs récemment nommés. Les jeunes aussi sont concernés par les échanges avec les séjours interculturels. Une année sur deux, jeunes guyancourtois et jeunes béninois expérimentent une immersion dans la vie quotidienne de leurs camarades et partagent avec eux des activités artistiques, citoyennes et culturelles. Même les plus petits cultivent un lien d’amitié par le biais des comités de jumelage des deux communes. Ainsi, les élèves des écoles primaires Charlemagne et Francis-Poulenc correspondent avec des élèves de Comé et participent à leur échelle à renforcer le lien entre les deux communes.

En 2010

Au programme pour la venue de la délégation béninoise :

  • formations dispensées chaque jour par des agents de la Ville, (informatique, finances, comptabilité, communication, procédures juridiques…),
  • réunions de travail,
  • visites de sites (déchetterie, centre de loisirs Suzanne-Valadon, crèches, Conseil général des Yvelines…),

 

En 2014

Bertin Tossou, Maire de Comé, était à la tête de la délégation béninoise qui est venue à Guyancourt, début octobre dans le cadre de la coopération décentralisée.

Pendant une semaine, les élus et administratifs de cette délégation ont eu de nombreux échanges avec les services de la Ville, afin de s’enrichir de leurs expériences et de les adapter pour les mettre à profit, à leur retour à Comé :

  • Agencement d’un Centre technique municipal,
  • Intégration du développement durable au sein des projets d’une ville,
  • Réaménagement d’espaces locatifs, > la collecte des déchets…

Les Béninois sont également allé participer aux 6e assises de la coopération décentralisée.

En 2016

Venus pour adopter le nouveau plan triennal de cette coopération décentralisée, les Béninois profitent du séjour pour assister à différentes réunions de travail sur le suivi des projets démarrés en 2015 : sur l’aménagement du territoire, sur le prochain séjour jeunes Français avec les jeunes béninois, etc.. Ils profitent également de leur venue pour visiter quelques lieux guyancourtois comme une école, le centre technique municipal, le Centre social du Pont du Routoir ou encore le Technocentre de Renault.

Le plan triennal propose une série d’actions à mettre en place au sein des deux communes. Il a été signé le  13 janvier 2016.

 

Votre navigateur est dépassé !

Mettez à jour votre navigateur pour voir ce site internet correctement. Mettre à jour mon navigateur

×