Espaces partagés

À pied, à vélo ou en voiture, la Ville fait en sorte que tout le monde ait sa place dans les espaces publics. Mais c’est à chacun d’entre nous de respecter les règles pour faire de ces lieux de passage, des lieux de partage.

Il ne se passe pas une minute sans que la vie n’investisse les espaces publics de la Ville. Les habitants s’y croisent, s’y arrêtent pour discuter un peu, s’y promènent, s’y retrouvent. Ces lieux (rues, jardins, parcs, chemins, voies vertes, bâtiments publics…) sont faits pour permettre à tous de se déplacer et de vivre ensemble.

À Guyancourt, la Municipalité a fait en sorte que ces espaces, entretenus quotidiennement, conjuguent qualité de vie, mobilité et partage. Ce cadre de vie privilégié, plutôt rare pour une commune en région parisienne, tient à ce que la Ville a été bâtie dans le respect d’un équilibre entre espaces urbanisés et espaces verts et bleus. 42 % de sa surface est constituée d’espaces forestiers et agricoles et certains lieux, devenus de véritables poumons verts, ont été créés par l’homme et préservés au fil du temps.

Dans cet écrin qu’est la ville, de multiples possibilités s’offrent aux habitants pour se déplacer.

Les modes de circulation douce sont favorisés et une attention particulière est observée dans tous les espaces publics aménagés par la Ville, à ce que tout le monde, les femmes comme les hommes, les adultes comme les enfants, les personnes âgées, les familles, les personnes handicapées… s’y sente bien et en sécurité.

Pistes cyclables, voies vertes et zones 30

De nombreux aménagements permettent d’évoluer à bicyclette, à commencer par les bandes cyclables (souvent matérialisées par une ligne blanche au sol) et les pistes cyclables, séparées de la chaussée. Si ces espaces sont réservés aux cycles, d’autres sont partagés avec les piétons comme les cheminements cyclo-piétons (autour des étangs de la Minière) ou les voies vertes. Espace convivial pour tous à l’écart de la circulation, ce type de voie sera au coeur du futur mail des Saules. Promeneurs à pied, en vélo, en rollers… s’y côtoieront.

À chaque aménagement, la Ville sécurise les piétons d’abord et ensuite l’idée est de permettre la circulation à vélo. Tout au long mail des Saules, les cyclistes peuvent se promener à une allure tranquille et s’ils veulent aller plus vite, pour se rendre de la gare à leur travail par exemple, ils pourront emprunter la piste cyclable du 8 mai 1945 qui a été rénovée.

La Ville réfléchit toujours au partage de l’espace entre les piétons, les utilisateurs de transports collectifs, les cyclistes, les automobilistes, et parmi eux, les personnes à mobilité réduite. Elle mobilise différentes techniques en fonction de la configuration du lieu et des besoins. Dans certains
endroits, notamment à proximité des écoles et dans des lieux très fréquentés par les piétons, elle privilégie la zone 30 (vitesse limitée à 30 kilomètres/heure) pour favoriser une cohabitation sécurisée entre tous.

Un accès facilité aux personnes handicapées

Les personnes handicapées sont prises en compte dans tous les espaces publics, de la voirie jusqu’aux bâtiments. La Ville rend progressivement accessible aux personnes à mobilité réduite ses 60 équipements recevant du public, dans le cadre de l’agenda d’accessibilité programmée (Ada’p).

Un investissement qui représente plus d’1,6 million d’euros TTC sur 6 ans. En intérieur comme en extérieur, cela va de l’installation de rampes dans les pentes à des bandes podotactiles (pour détecter les obstacles) ou du stationnement dédiés. La Ville compte 172 places PMR (personne à mobilité réduite). Lorsqu’un habitant en fait la demande, elle étudie la possibilité d’en créer une, à proximité de son domicile.

Un stationnement adapté aux besoins

Pour répondre au mieux aux activités quotidiennes des habitants, des zones de stationnement payantes ont été aménagées aux Saules, au Parc et aux Chênes. Les salariés des Chênes peuvent s’y garer en journée sans gêner les riverains des quartiers résidentiels à proximité. Près des pôles commerçants, les zones bleues (stationnement gratuit limité dans le temps) facilitent l’accès aux boutiques.

Grâce aux voies de Transport Collectif en Site Propre, équipées de systèmes de détection (le feu passe au vert à l’approche du véhicule), les bus circulent de façon plus fluide. Un plus pour la sécurité et la ponctualité.

Si tout est pensé pour que chacun évolue dans l’espace public en toute sécurité, le respect des règles dans ces lieux reste essentiel.

Des règles pour tous

Faire attention aux autres, notamment aux enfants, est à la portée de chacun. Cela commence par le respect des règles du code de la route. Par exemple: il est interdit de doubler un bus à l’arrêt, d’emprunter en moto, en scooter ou en quad les chemins piétonniers, de stationner sur les trottoirs et en dehors des places prévues à cet effet.

Le vélo, considéré comme un véhicule, n’a pas non plus, sa place sur le trottoir (seuls les enfants de moins de 8 ans peuvent y circuler à bicyclette). Ces comportements dangereux, qui mettent en péril la sécurité de tous, petits et grands, contraignent la Ville à installer du mobilier urbain dissuasif (barres d’interdiction pour les deux roues aux entrées et sorties des chemins, potelets sur les trottoirs pour lutter contre le stationnement sauvage).

Les parcs, les aires de jeux… sont aussi réglementés. Horaires d’accès, consignes de propreté, de tranquillité… sont affichés à l’entrée. La Police Municipale, lors de ses patrouilles régulières, veille au respect de toutes ces règles. Mais chacun doit y mettre du sien pour préserver ce qui fait, entre autres, la marque de fabrique de Guyancourt : son cadre de vie privilégié !

Votre navigateur est dépassé !

Mettez à jour votre navigateur pour voir ce site internet correctement. Mettre à jour mon navigateur

×