Journée nationale d’hommage aux victimes du terrorisme

Discours prononcé par François Morton le 11 mars 2024


 

Mesdames, Messieurs,

Comme chaque 11 mars, nous nous réunissons pour rendre hommage aux victimes du terrorisme.

Le 11 mars 2004, la Ville de Madrid était frappée par un attentat au sein de la gare d’Atocha. Ce jour a été retenu pour rendre hommage à toutes les victimes du terrorisme : celles qui ont perdu la vie comme celles qui ont été blessées. Au-delà des blessures physiques, il faut aussi mesurer l’impact de ces actes barbares qui marqueront à jamais les survivants et les proches de toutes les victimes.

Depuis 2004, notre pays comme beaucoup d’autres Nations ont été touchés par le terrorisme. La France a été meurtrie à de trop nombreuses reprises ces dernières années à Arras avec l’horrible assassinat de Dominique Bernard ou à l’étranger le 7 octobre dernier. Rappelons que 3 otages français sont encore retenus à Gaza au moment où nous nous rassemblons.

Avant de procéder à une minute de silence, j’invite chacune et chacun à nous souvenir, ensemble.

Une pensée d’abord pour nos concitoyens Guyancourtois :

  • Madame Annie CHEVANDIER, blessée à Nice
  • Madame Jade FÉLICITÉ, blessée au Bataclan
  • Monsieur Ludovic GESLIN, blessé au Bataclan
  • Madame Anne-Laure LE MOUEL, blessée au Bataclan
  • Monsieur Thibault MORGANT, blessé au Bataclan

 

Souvenons-nous aussi que les terroristes tuent de manière aveugle, en semant la peur et le chaos.

Ensemble, résistons : puisqu’ils veulent supprimer jusqu’à l’existence même des personnes, nous répèterons inlassablement les noms, nous nous souviendrons des visages, des voix, des sourires.

Unis dans l’épreuve, nous le resterons dans la mémoire. Prouvons-leur que la Fraternité est plus forte que leur barbarie.

Ne cédons devant rien : ni devant les discours obscurantistes, ni devant les sirènes de la division et du repli sur soi.

Ne renonçons à rien, et surtout pas à une République unie et fraternelle, qui sait penser à ceux qu’elle a perdus comme à ceux qui ont besoin d’elle.

Aujourd’hui, notre République s’unit pour rappeler à ceux qui veulent agiter les haines, que le terrorisme n’a pas de religion, pas de couleur, pas de nationalité.

Je vous invite maintenant à observer une minute de silence.

Votre navigateur est dépassé !

Mettez à jour votre navigateur pour voir ce site internet correctement. Mettre à jour mon navigateur

×