Julien Fessard – L’éclairage public de demain testé à Guyancourt

Julien Fessard dirige la start-up M2AIM accompagnée par SQY Cub à Guyancourt. Prochainement des boîtiers permettant de rendre l’éclairage public plus efficace seront testés dans notre commune.

L’éclairage public du futur va être testé à Guyancourt. Julien Fessard, cofondateur de M2AIM, est enthousiasmé par cette expérimentation.

« Nous avons créé la société en 2015 avec pour but de proposer des services liés à l’Internet des objets. Nous avons ensuite bénéficié de l’accompagnement de l’incubateur SQY Cub à partir 2017 », raconte l’entrepreneur.

L’idée d’un boîtier permettant de commander à distance l’éclairage public par transmission radio sécurisée était déjà dans les cartons de la société. Mais, au vu du temps nécessaire pour le développer et avoir de premières retombées commerciales, la start-up a développé d’autres produits.

« Nous avons créé la marque Localiz qui propose une solution complète de géolocalisation aux particuliers. Nous sommes devenus partenaires techniques de l’émission télé “La vie secrète des chats”, ce qui nous a donné une grande visibilité auprès du public ».

Grâce à ces produits, la société M2AIM a pu poursuivre le développement de son boîtier aux multiples usages.

« Nous avons vendu une version adaptée de ce système à un port hollandais et nous le proposerons en France dès ce semestre. L’utilisation sera différente de la gestion de l’éclairage, mais elle répond à un besoin réel de nombreux acteurs portuaires », confie Julien Fessard.

Une expérimentation aux Garennes

C’est dans le cadre d’une convention de partenariat avec le consortium Paclido (dont font partie la communauté d’agglomération, Airbus et d’autres partenaires) que l’expérimentation aura lieu,
notamment rue Maurice-Ravel. Le système est composé de deux boîtiers. L’un envoyant des informations à l’autre qui permet de contrôler et d’adapter l’éclairage en fonction des situations.

« À l’avenir il sera par exemple possible de donner un accès à distance aux pompiers qui pourront augmenter l’éclairage en cas d’intervention dans une rue. On peut programmer des horaires de déclenchement à la minute près grâce à la géolocalisation et il est possible d’y ajouter d’autres données comme la météo en fonction de la couverture nuageuse », argumente Julien Fessard.

Pour les collectivités locales, ce système permettrait de faire jusqu’à 85 % d’économies d’énergie.

« Dans le cas d’une solution complète d’éclairages à leds », complète l’entrepreneur avant de poursuivre : « L’autre objectif de l’expérimentation sera de tester un nouvel algorithme de transfert de données sécurisées. Il est développé par Airbus et devrait devenir le nouveau standard pour l’Internet des objets ».

En juin prochain, l’une des deux lignes d’éclairage sera « piratée » pour prouver que la seconde, équipée de ce nouveau protocole, est inviolable. Ne soyez donc pas surpris de voir des lampadaires clignoter en plein jour cet été.

Interview réalisée par David Houdinet pour le Guyancourt Magazine 537

Nous contacter

Une question ? Une remarque ? Une suggestion ? N’hésitez pas à nous contacter

Nous contacter
Votre navigateur est dépassé !

Mettez à jour votre navigateur pour voir ce site internet correctement. Mettre à jour mon navigateur

×