LA NUIT DU CIRQUE

Une soirée exceptionnelle, avec non pas un, ni deux, ni trois, mais carrément quatre spectacles de cirque ! En piste !

Jongle, acrobatie, corde lisse ou tissus aérien, une soirée éblouissante composée de quatre spectacles aux univers très différents mais avec un seul et même objectif : faire briller vos yeux d’émotion et de joie.

La nouvelle génération du cirque contemporain, qui allie la beauté du geste à la performance technique, propose un cirque de création décliné sous de multiples facettes. Les artistes, chacun à leur manière, créent des liens vers d’autres formes d’art et dépassent la discipline circassienne pour livrer des messages à la portée universelle, avec grâce, humour et poésie.

Le journal de la femme canon
Corde lisse

Pour son premier spectacle solo, Laura Terrancle, artiste circassienne pratiquant la corde lisse, place la question du corps et de la beauté féminine au cœur de sa recherche.
Au départ, il y a cette femme de cirque. Son corps qu’elle modifie. Cette obsession de la féminité, ce besoin de transformation permanent. Puis, il y a un débordement d’artifices, jusqu’à briser les stéréotypes. Renverser les canons. Passer du beau au difforme pour renverser les codes du corps parfait. Écrire un manifeste de l’autre beauté, des beautés multiples : cassées, musclées, enrobées, dures, bourrelées.

Dans un univers décalé avec la corde comme principal accessoire de jeu, Laura Terrancle reflète différentes facettes : à la fois sensible et attachante, puissante, parfois provocante. Une femme oignon qui révèle par strates son rapport à la féminité pour faire entrer le public dans son intimité.

 

Phasme
Cirque et danse

Dans un clair obscur, une mystérieuse entité se dessine. Empruntant à l’animal, au minéral comme au végétal, cette chimère va muter, se déployer, interagir avec son environnement. Convié à épier cette intimité, le public est saisi par de furtives apparitions : le duo se déploie et se contracte, faisant naître des figures abstraites et évocatrices, tels des Phasmes sans queue ni tête… L’acrobatie, convoquée par touches, décuple les possibilités et renverse les forces par des jeux d’équilibre et de symétrie, à la recherche d’un centre de gravité commun. L’autonomie, lentement apprivoisée, réaffirme peu à peu la singularité humaine. Les personnages se découvrent et se dévoilent, sensuels et inquiétants, brutaux et fragiles.

Carte blanche
Jonglage

Son spectacle [XSaisons] Pio Ospedale della Pietà n’ayant pu être présenté lors de la saison 2020/2021 qu’au public scolaire, Audrey Decaillon, jongleuse à la reconnaissance internationale, revient à la Ferme de Bel Ébat pour cette petite forme surprise spécialement créée pour cette Nuit du cirque. Entre architecture jonglée et cirque poétique, Audrey Decaillon, seule en scène, offre au public une œuvre chorégraphique et expressive où s’exprime sa sensibilité.

Et pourquoi pas ?
Tissus aérien, clown, jonglage, acrobatie

Yanis Dandach tête en bas sur tissus aérien

Albert Einstein disait : « Il n’y a que deux façons de voir sa vie : l’une en faisant comme si rien n’était un miracle, l’autre en faisant comme si tout était un miracle ». Aux abords d’un tissu, la découverte des lois de l’univers comme la gravitation, ou l’attraction sont au cœur des préoccupations. Des mouvements jusqu’au texte, de la chute jusqu’à la prouesse, de la manipulation jusqu’au jonglage… On constate qu’importe l’évolution, la finalité nous ramène au règne du vide et à la gloire du silence.

 

 

 

Dans le cadre de La nuit du cirque 2021

Votre navigateur est dépassé !

Mettez à jour votre navigateur pour voir ce site internet correctement. Mettre à jour mon navigateur

×