Impôts locaux : Augmentation zéro

maison taxe

Cette année encore, les taux d’imposition municipaux resteront inchangés. Un choix de la Municipalité, malgré un contexte financier toujours plus contraignant pour la Ville.

Comme le veut la tradition automnale, les contribuables vont recevoir ces prochaines semaines leurs avis d’imposition relatifs à la taxe foncière et la taxe d’habitation.

« Une nouvelle fois, les Guyancourtois verront sur leurs feuilles d’impôts locaux que les taux d’imposition municipaux n’augmentent pas », détaille Danielle Majcherczyk, adjointe au Maire chargée des Finances et de l’Habitat.

Précisons que cette année, seul le taux de la taxe foncière a été voté par la Ville, car le Projet de Loi de Finance 2020 de l’État a prévu un gel des taux de la taxe d’habitation sur la base de ceux de 2019. L’objectif était d’éviter une hausse aux 20 % des Français encore assujettis à cet impôt.

« Cela n’a pas d’incidence à Guyancourt, car cela fait plusieurs années que nous n’augmentons pas ces taux, malgré la baisse continue des dotations de l’État, de la Région, du Département et de la Communauté d’Agglomération », précise l’élue.

Habituellement défini à la fin du 1er trimestre, le taux d’imposition a été voté cette année le 15 juin, le calendrier ayant été chamboulé par le confinement. Cet exercice a été mené après avoir pris connaissance de divers éléments comptables transmis préalablement par l’État (Dotation Globale de Fonctionnement, estimation des recettes fiscales de la Ville…).

« Maintenir la qualité des services publics »

Malgré le contexte de baisse de dotations en tous genres depuis plusieurs années (dotations de l’État notamment passées de 5,1 M € en 2014 à 1,3 M € en 2020) et une perte pour la Ville estimée à un million d’euros en 2020 due à la crise sanitaire (voir Guyancourt magazine n°552), l’équipe municipale a donc fait le choix de ne pas faire payer la note aux habitants de Guyancourt. Une gestion rigoureuse et des arbitrages délicats sont donc opérés avec les services de la Ville pour identifier toutes les économies possibles.

« Malgré ces contraintes, l’objectif est de maintenir la qualité des services publics offerts aux habitants », insiste l’élue.

Solidarité, petite enfance, éducation, ou encore transition écologique seront donc encore au cœur de l’action municipale, tandis que la Ville veillera également à maintenir un niveau suffisant d’investissement pour entretenir et améliorer le patrimoine public (écoles, gymnases, maisons de quartier, voiries, espaces verts…).

Disparition de la taxe d’habitation pour les ménages les plus modestes

À compter de cette année, la taxe d’habitation n’est plus assujettie aux 80 % des ménages les plus modestes.

« La Municipalité est favorable à l’allègement de la pression fiscale qui pèse sur les ménages. Sa politique en termes de taux d’imposition l’atteste. Il faut simplement que cette exonération soit intégralement compensée par l’État dans la durée, comme c’est le cas cette année, afin de ne pas mettre en péril les services publics que nous proposons », ajoute Danielle Majcherczyk.

Précisons que la taxe foncière (16,8 M € de recettes pour la Ville en 2019) et la taxe d’habitation (5,8 M € en 2019) représentent près de la moitié du budget de fonctionnement de la Ville, qui correspond aux charges courantes indispensables au bon fonctionnement des services publics (salaire des agents, gaz, électricité, achats de fournitures…).

Répartition taxe foncière 2020

Votre navigateur est dépassé !

Mettez à jour votre navigateur pour voir ce site internet correctement. Mettre à jour mon navigateur

×