Vous êtes ici : Accueil / Services en ligne / Actualités / Dotations : un enjeu majeur pour les finances communales

Dotations : un enjeu majeur pour les finances communales

Face aux baisses de dotations qu’elle subit, la Ville multiplie les recherches d’aides financières depuis plusieurs années. Focus sur cette démarche.

Afin d’équilibrer son budget et de pouvoir financer ses projets, la Ville a toujours recherché des ressources. Le phénomène s’est accru avec les baisses successives des dotations de l’État, de la Région, du Département et de la Communauté d’agglomération. C’est ainsi que depuis 2010, Guyancourt a vu baisser la Dotation Globale de Fonctionnement de l’État (moins 4,3 millions d’euros par rapport à 2010) et apparaître la cotisation au Fonds de solidarité des communes de la région Ile-de-France (9,05 millions d’euros depuis 2012).

Bernard Tabarie, Adjoint au Maire chargé des Finances, des Travaux et du Cadre de vie

Dès lors, il était vital de trouver des solutions afin d’équilibrer le budget sans pour autant augmenter la pression fiscale sur les habitants.

« L’un des leviers de cet équilibre, c’est évidemment la recherche systématique d’aides financières que nous menons assidûment auprès de différents partenaires », explique Bernard Tabarie, Adjoint au Maire chargé des Finances, des Travaux et du Cadre de vie. La Commune a par exemple la possibilité de financer des investissements grâce à des fonds de concours de l’État, du Département et de la Communauté d’agglomération. Cela a été récemment le cas avec le projet de réhabilitation du mail des Saules pour lequel la Ville a obtenu une aide de l’État à hauteur de 226 000 € et une autre de la Communauté d’agglomération pour un montant de 500 000 €.

Nous avons obtenu 3,1 millions d’euros du Département pour le réaménagement de la place du Marché et de ses abords. Régulièrement ces dotations sont actées lors des Conseils Municipaux.

Des fonds européens

La recherche de fonds est un travail quotidien. C’est pourquoi un agent de la Ville est en charge des recherches de dossiers d’aides pour les grands projets. Les différents services municipaux se sont lancés dans cette chasse aux dotations relevant parfois du parcours du combattant.

De fait, le montage des dossiers s’avère de plus en plus complexe et les demandes d’aides doivent se faire dans des délais de plus en plus restreints. État, Région, Département, partenaires publics, ministères et organismes publics et privés, toutes les ressources financières sont les bienvenues.

Depuis peu, celles de l’Union Européenne s’y sont ajoutées. Les fonds sont versés à la Ville, aidée pour le montage des dossiers par l’Agglomération qui les soumet à la Région Île-de-France. La Ville fait ses demandes via un comité de sélection en fonction de projets spécifiques. Le Maire est ainsi allée défendre les services de l’Espace Public Numérique dont les missions visent dorénavant à réduire la fracture numérique. Ce sont 52 263,37 € qui ont ainsi été obtenus.

Sport, éducation, culture… tous les secteurs sont concernés. À titre d’exemple, La Ferme de Bel Ébat a obtenu 62 500 € de la Direction Régionale des Affaires Culturelles en 2018 pour différents projets ou aides à la création. De nombreuses autres sommes s’y ajoutent. Ce travail peut sembler colossal, mais il paie et se fait ressentir sur les finances de la Ville et des Guyancourtois.